Serge Crampon

par Catherine Plassart

 

Archives du corps 2

: peintures et dessins (1972-1980)

"La danse,  c'est l'ici et le maintenant. Pour celui qui regarde, il s'agit de vivre  l'expérience de la perception. Pour Serge Crampon peindre le corps qui danse, c'est choisir comme sujet du tableau, non pas le danseur ou la danseuse mais cette perception...."

Diaporama




Sans Titre 1982, acrylique sur papier marouflé, 53 x 36 cm.

 


Le vif de la perception

La danse, c'est l'ici et le maintenant. Pour celui qui regarde, il s'agit de vivre l'expérience de la perception. Pour Serge Crampon peindre le corps qui danse, c'est choisir comme sujet du tableau, non pas le danseur ou la danseuse mais cette perception... Et de fait, il nous invite dans le vif de la perception. Le fond des toiles et papiers est uniment vierge. Il évoque un hors-temps où un geste se lit qui n’impose pas d’objet, mais suggère un mouvement. Enlevé ce geste est présent. On oublie le parcours de la main. Le peintre est dans la peinture avec tout son corps.

Dans le cycle des "Figures et attitudes", les figures telles des signes calligraphiés semblent mesurer l'espace. Il n'y a plus ni haut ni bas, ni gauche ni droite mais une profondeur, un champ. La couleur si on exclut le noir et toutes la gamme de ses transparences a ici disparu. Elle s'inscrit noir sur blanc à coups de brosses passant devant l'oeil telle une apparition-disparition. Le peintre nous donne à voir ce qui flotte mystérieusement quelques secondes et s'évanouit l'instant d'après. Il capte l'infigurable et l'évanescent, nous offre l'énergie et la grâce.

Catherine Plassart
juin 2011